La dapp du chat

La dapp du chat : Un fléau qui n'est pas que saisonnier

dapp chez un chat
Sévères lésions auto-induites

La dapp du chat qui est l'abréviation de Dermatite par Allergie aux Piqûres de puces chez le chat constitue la principale dermatose, mais aussi dermatite chez le chat dans le monde entier. Contrairement à l'idée répandue, elle peut survenir à n'importe quel moment de l'année, puisqu'il y a maintenant des puces tout au long de l'année, du fait du réchauffement climatique. Elle concerne également le chien, mais dans cette espèce le diagnostic, qui est clinique, est bien plus simple.

 

Manifestations cliniques

 

La dermatite par allergie aux piqûres de puces chez le chat, présente un très grand pléomorphisme. 

Ainsi, elle peut se manifester par l'un des 4 syndromes présents dans cette espèce, à savoir un prurit cervico-facial, une alopécie extensive féline, un complexe granulome éosinophilique, ou encore une dermatite miliaire féline. Ces manifestations peuvent par ailleurs se succéder, ou être concomitantes.

Comme son nom l'indique, il s'agit d'une allergie. De ce fait, dans la quasi majorité des cas de dapp chez le chat , on observera pas de puces, ni même d'excréments dans le pelage de l'animal. Toutefois, le fait d'en observer renforce cette hypothèse. Il est également extrêmement important de prendre en considération l'existence ou non d'une prévention antipuces, qu'elle soit sur l'animal, les congénères, ou encore dans l'environnement. En effet il faut se souvenir que 95 % de la population des puces, comme d'autres parasites, se trouve dans l'environnement, et plus particulièrement au sol.

Le diagnostic de cette allergie, se déroule en 2 étapes. Dans un premier temps, il faut caractériser le syndrome dont souffre l'animal. En effet, selon le syndrome, l'origine peut varier. Dans le cas de Complexe Granulome Eosinophilique par exemple, il peut s'agir effectivement d'une allergie à la salive de puces, mais aussi d'une allergie alimentaire, d'une allergie à des allergènes dans l'air, ou encore d'une origine parasitaire.

 

Les traitements de la dapp chez le chat

 

Le traitement de cette allergie, revêt différents aspects. 

Tout d'abord, il convient de réaliser un traitement étiologique. Pour ce faire, il faut réfléchir aux traitements antipuces qui sont actuellement en place, et notamment s'ils sont correctement réalisés. Que ce soit en fréquence d'utilisation ou encore en dosage. On se souviendra toujours, qu'il n'existe pas un, mais des traitements antipuces qui sont à envisager en fonction de l'animal mais aussi de son environnement. Notamment le fait qu'il sorte ou non, le fait qu'il soit en contact avec d'autres animaux à l'occasion de ses sorties etc...  comme dit précédemment, il convient également de mettre en place un traitement sur tous les congénères, même ceux qui ne sortent pas, ainsi que dans l'environnement. La plupart des traitements naturels antipuces, ont une activité répulsive.  Ainsi la plupart ne tue pas les puces. Ce qui a pour conséquence d'entraîner une efficacité la plupart du temps relativement brève et limitée.

En parallèle, il faut gérer les conséquences liées à cette allergie à la salive de puces, à savoir les conséquences en terme de démangeaisons, mais aussi et le plus souvent, les conséquences en terme de surinfection. De la même manière ceux-ci varient selon l'importance des lésions, la sévérité du prurit chez le chat, et l'état général de l'animal. Ainsi, un animal qui présente des troubles rénaux ou hépatiques ne devra pas recevoir de cortisone par exemple.

 


Vous pouvez partager cet article en cliquant sur l'une des icones ci dessous