La pododermatite du chien

La pododermatite chez le chien : Un symptôme et non pas un diagnostic !

 

Au sens strict du terme, une pododermatite canine est une dermatite du pied, autrement dit une inflammation cutanée du pied chez le chien. Il s'agit donc d'une manifestation de diverses dermatoses, qui plus est extrêmement commune.

 

Quelles sont les causes de cette dermatite du pied chez le chien ?

 

Elles sont extrêmement nombreuses, mais il faut bien voir avant tout que ce n'est qu'une manifestation de diverses dermatoses et non pas un diagnostic. Il ne faut donc pas s'arrêter à cette constation pour mettre en place un traitement, mais bel et bien en déterminer la cause. Comme bien souvent en dermatologie canine, il ne s'agit pas d'une manifestation pathognomonique de telle ou telle dermatose.

 

Les principales causes de cette pododermatite canine sont

 

Les dermatites allergiques

Qu'il s'agisse de la dermatite atopique due à des aéroallergènes ou des trophallergènes, ou plus rarement d'une allergie de contact. Il est donc très important selon les symptômes d'accompagnement de réaliser une exploration allergologique. Attention celle-ci ne doit pas être faite systématiquement mais uniquement si d'autres symptômes évoquent une dermatite allergique, notamment une inflammation des lèvres.

 

Les dermatoses parasitaires

De très nombreux parasites peuvent être à l'origine d'une pododermatite chez le chien. Que ce soit les Demodex de la démodécie canine, les aoutats de la trombiculose canine ou plus rarement les sarcoptes de la gale sarcoptique. Si certains de ces parasites sont visibles à l'oeil nu, pour la plupart cela n'est pas possible. Il est faut donc les rechercher que ce soit par raclage ou trichogramme, car il s'agit d'une localisation qui n'est pas toujours facile à racler, ne serait ce que du fait de la douleur qu'elle peut entrainer sur cette localisation.

 

Les maladies métaboliques

Bien que plus rares elles peuvent également être à l'origine d'une pododermatite. Elle s'accompagne bien souvent de symptômes généraux, notamment lors de dermatite nécrolytique superficielle anciennement appellée syndrome hépato-cutané. Danc ce cas il faut bien voir que la pododermatite n'est que la partie visible de l'iceberg et il convient d'en découvrir la partie invisible. Ces dermatoses sont pour la plupart de mauvais pronostic.

 

Divers

Viennent ensuite de très nombreux causes, plus rares, que ce soient les tumeurs cutanées, les teignes qui peuvent parfois être inflammatoires, ou encore les dermatoses auto-immunes.

 

Pododermatite chez un chien
Pododermatite d'origine allergique
Pododermatite canine
Pododermatite d'origine parasitaire

Ne pas occulter la possibilité de complications infectieuses

 

Comme pour de très nombreuses dermatoses canines des complications infectieuses bactériennes ou fongiques, dues à des levures appartement au genre Malassezia peuvent survenir. Ainsi, une dermatose peut initialement ne pas être inflammatoire, puis le devenir du fait de ces complications. Il est donc important de les rechercher, le plus souvent en réalisant une cytologie par impression ou un calque à l'acétate adhésive. Gérer une dermatose, qu'elle qu'en soit la nature sans prendre en considération les complications infectieuses c'est prendre en charge seulement une partie du problème et donc peut être voué à un échec thérapeutique.

 

Quels traitements mettre en place ?

 

Comme nous l'avons vu la pododermatite chez le chien est un symptôme et non une dermatose. Il convient donc d'en déterminer impérativement la cause pour mettre en place le traitement étiologique le plus approprié. Autrement dit, par exemple, utiliser de la cortisone lors de pododermatite canine sans explorer la cause, va seulement permettre de contrôler temporairement la dermatite pour qu'elle réapparaisse par la suite. En plus, et si nécessaire un traitement anti-infectieux topique ou systémique doit être mis en place sous peine de ne pas voir de résolution, même si un traitement causal est mis en place.