L' adénite sébacée canine

 

L' adénite sébacée chez le chien : Une dermatose génétique avant tout ...

 

L'adénite sébacée granulomateuse est une dermatose peu fréquente chez le chien. Elle se manifeste essentiellement chez les jeunes adultes âgés de 1 à 5 ans, chez lesquels elle est à l’origine d’une destruction progressive des glandes sébacées. Étant donné qu'elle ne peut être guérie, elle est parfois diagnostiquée chez des animaux bien plus âgés. Il n'existe aucune prédisposition sexuelle, mais une prédisposition raciale existe pour le Caniche royal, l’Akita Inu, le Vizla, le Springer Spaniel, le Bichon, le Bobtail, le Terre neuve, le Bouviers Bernois, le Samoyède, le Chow Chow et le Terwueren. Elle est toutefois décrite dans près de 60 races. Les causes en sont actuellement inconnues, mais un mécanisme immunitaire visant la destruction spécifique des glandes sébacées est probable. La baisse de la production en sébum a pour conséquence un trouble de la cornéogénèse au sein des infundibulums folliculaires, une hyperkératose orthokératosique de surface plus ou moins marquée et une atrophie folliculaire. On sait que chez le Caniche royal, l'Akita inu et le Tervuren il s'agit d'une génodermatose, c'est pourquoi les animaux atteints doivent être retirés de la reproduction.

 

Manifestations cliniques

 

 

Selon les races et surtout le type de pelage, les manifestations sont différentes.

Ainsi, dans les races à poils longs elle se manifeste par un pelage terne, une alopécie progressive, relativement symétrique, un squamosis pityriasiforme ou psoriasiforme abondant et de nombreux manchons pilaires. Les lésions sont essentiellement localisées à la ligne du dos, de la tête à la queue, au chanfrein et aux pavillons auriculaires. Une odeur rance est associée, ainsi qu'un prurit, qui est notamment lié à la possibilité d'une prolifération bactérienne de surface ou d'une pyodermite secondaire. L’évolution est parfois cyclique, indépendamment de tout traitement.

 

Par contre, dans les races à poils courts, comme le Vizla, on observe des plages d’alopécie nummulaire multifocale, donnant un aspect mité du pelage, qui vont progressivement coalescer. Le squamosis est relativement modéré. Le prurit et les complications bactériennes sont rares.

 

Adénite sébacée avant réalisation des traitements
Adénite sébacée avant réalisation des traitements

Diagnostic

 

Si, en fonction de la race et des manifestations cliniques, il est possible d’avoir une suspicion, seule l’analyse histopathologique permet d’avoir une confirmation. Les lésions diffèrent quelque peu selon la race et le stade.

Ainsi, dans les races à poils longs, en début d’évolution on observe une inflammation granulomateuse périfolliculaire lymphohistiocytaire centrée sur l’isthme et des glandes sébacées à l’origine de leur destruction. On observe également une hyperkératose orthokératosique épidermique et folliculaire sévère avec de grandes lamelles de kératine infundibulaires proéminentes et verticales. Puis, par la suite, on constate la disparition totale des glandes sébacées, une fibrose péri-follicullaire et une atrophie folliculaire plus ou moins marquée.

Dans les races à poils courts, l’hyperkératose épidermique et folliculaire reste minime et on observe essentiellement un infiltrat péri-annexiel granulomateux voire pyogranulomateux.

 

Pronostic

 

Le pronostic vital n’est pas engagé, et il faut bien garder à l'esprit que ce n'est qu'une dermatose esthétique, sans conséquence organique chez l'animal.  C'est pourquoi elle ne doit pas conduire à une euthanasie de l'animal.

 

Adénite sébacée quelques mois après mise en place des traitements
Repousse du pelage quelques mois après mise en place des traitements

Traitements

 

Il existe différentes lignes de traitements tantôt topiques, tantôt systémiques. La réponse aux traitements est par ailleurs très aléatoire, avec des phases de rémission spontanée possible.